Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 17:37


Depuis le temps que je vous en parle, il fallait bien que ça arrive !
On va enfin s'attaquer au vol 3D, si le cœur vous en dit ! Ce n'est pas une fin en soi, mais il est particulièrement excitant de remuer la crêpe à ce tas de ferraille... ! Enfin, on ne verra que les bases, hein ? Je ne suis pas un maître en la matière, loin de là !
Je tenterai donc de vous guider dans les premières évolutions 3D, afin ne plus âtre trop impressionné, et de comprendre un peu mieux cette mystérieuse discipline hyper spectaculaire!
Les réglages en mode 3D permettent aussi de voltiger de manière classique, avec moins de risque en cas de situation critique. Ils permettront de «sauver les meubles » si l'on rate une figure, l'hélico étant plus maniable. Sur le dos par exemple, si la machine s'enfonce en haut d'une boucle, un grand coup de pas mini à fond la fera remonter de manière quasi instantanée... (je me répète, là ! Non ?).

 

 1 - Késako ?
Alors en quoi consiste le vol 3D ?
II ne s’agit, ni plus ni moins, d'un défi permanent aux lois de la gravité et aux nerfs du pilote ! Mais bien sûr, lorsqu'on sait comment vole un hélicoptère, et qu'on en pilote un, le mystère tombe un peu... Un peu seulement car, parfois, on se pose des questions du style «mais comment fait-il pour ne pas se mélanger les crayons...?».

I - Imaginez

Imaginez un hélicoptère faisant des pirouettes sur place, en avant, en arrière, sur les côtés...
Imaginez-le en train de fane du vol dos au ras du sol en stationnaire, puis de partir en translation arrière pour décrire des virages serrés...
Imaginez-le faire (le, la marche arrière en enchaînant des tonneaux...
Imaginez encore cet hélicoptère faire des boucles en marche arrière, en faisant des tonneaux...
Vous en voulez encore ? Imaginez donc que ces boucles se fassent en translation latérale, avec des pirouettes avant ou arrière...
La voltige 3D c'est tout ça, et plus encore ! L'imagination des champions est sans limite.
II faut tirer un grand coup de chapeau aux pilotes qui se débrouillent dans cette façon de voltiger. La visualisation en vol de la bestiole devient assez vite problématique. De plus, il ne faut pas se mélanger les pinceaux lors de l'exception et de J'enchaînement des figures ! Piloter un hélicoptère en marche avant est une chose, mais en marche arrière ou en translation latérale, je ne vous raconte pas !
II faut vraiment âtre claie dans sa tête et avoir des nerfs d'acier et du sang froid pour assimiler le sens des ordres à appliquer lorsque l'hélicoptère se trouve dans n'importe quelle position !
Je pense qu'il faut un sacré entraînement au simulateur (Ça aide beaucoup !), et une prédisposition naturelle pour obtenir une concentration à 200% et des réflexes d'acier ! On n'aura pas le temps, dans certaines configurations, de réfléchir dans quelle position mettre les manches ! Un entraînement progressif et intensif sera la base du succès !


Les flips Longitudinaux

FLIP ARRIÈRE


A partir du stationnaire bien à plat, on met presque "plein pas positif", et on cabre à fond en même temps.
On maintient le cabré tout le long de la figure. Le pas sera mis "plein négatif" lorsqu'il passera sur le dos. II sera remis en "plein positif" lorsqu'il se retrouvera à plat. A la fin de la figure, on remettra le manche de profondeur au neutre, et celui du pas en position stationnaire.


FLIP AVANT


A partir du stationnaire bien à plat, on met presque "plein pas positif", et on pousse la profondeur à fond en même temps.
On maintient le manche de profondeur poussé tout le long de la figure. Le pas sera remis en "plein négatif" lorsqu'il se retrouvera sur le dos pour remonter. II sera remis en "plein pas positif" lorsqu'il se retrouvera à plat. A la fin de la figure, on remettra le manche de profondeur au neutre, et celui du pas en position stationnaire.

Les flips latéraux


FLIP LATÉRAL


A partir du stationnaire bien à plat, on met presque "plein pas positif", et an incline à fond à droite au cyclique latéral en même temps. On maintient l'inclinaison tout le long de la figure. Le pas sera mis "en plein négatif" lorsqu'il passera sur le dos. II sera remis en "plein positif" lorsqu'il se retrouvera à plat. A la fin de la figure, on remettra le manche de cyclique latéral au neutre, et celui du pas en position stationnaire. S'il part sur la queue lors du passage dos, il faudra cabrer légèrement. Pour le flip à gauche, même procédure mais à... gauche !


II - Avec quel matériel ?

Pratiquement toutes les machines du commerce sont capables de faire du 3D lent et non enchaîné ! Mais pour rivaliser avec les meilleurs, et pour violenter l'hélicoptère comme certains le font (mais non, ce ne sont pas des brutes... !), il faudra utiliser des machines haut de gamme ou, la plupart du temps, «up grader son modèle standard en installant les meilleurs composants électroniques et mécaniques du marché (servomoteurs, gyroscope, moteur, pièces métalliques de  Tuning, etc.). L'usure des composants peut être telle qu'une maintenance draconienne sera nécessaire ! L'hélico est soumis à des efforts et à des contraintes inhabituelles, surtout si vous faites du vol 3D votre religion...
Évitez les machines bas de gamme quand même. Souvent, certaines pièces prennent rapidement du jeu et doivent être changées au bout de quelques séances de vol 3D (plateau cyclique avec rotules en plastique sur certains modèles, par exemple, ou bagues en bronze qui s'usent plus vite dans ces conditions, au lieu de roulements). Elles pourront quand même faire du 3D, mais pas longtemps...
Je vous conseille d'assister à une démonstration de voltige 3D, si ce n'est déjà fait. Vous pourrez vous rendre compte de la chose et verrez que, comme dirait l'autre... « ça le fait » !
Pour ce qui nous concerne, on ne s'intéressera qu'aux bases, faisables avec quasiment toutes les machines du commerce, sans modification particulière.
L'appareil devra juste être en bon état. En effet, dans ces évolutions, si un roulement ou une chape a un peu de jeu par exemple, il empirera plus vite que d'habitude...


 2 - Retour à l'atelier
Tout d'abord, il faudra modifier nos réglages de commande de pas collectif, pour avoir cette fais 0° manche au neutre, et -8° en pas midi. II faudra certainement modifier les dispositions des palonniers et des chapes du pas collectif pour obtenir ce grand débattement.

I - Manche au neutre, pas collectif à O°
Les courbes de gaz et de pas devront êtres parfaitement symétriques par rapport à la position du manche gaz/pas au neutre. Le 0° sera obtenu manche au neutre, avec un régime moteur optimisé pour éviter un emballement de celui-ci. Pour commencer, on pourra le fixer à 45% puis, en vol, on le peaufinera selon le besoin et nos désirs.

II - Pas maxi, pas mini...
Le pas maxi sera de +8°, classique ! Le moteur sera à fond, à 100. Le pas mini sera donc « augmenté n à -8°. Le régime moteur sera poussé à fond, à 100°/ aussi ! En effet, il faudra une symétrie totale pour avoir les mêmes réactions sur cette commande, à plat ou sur le dos.
Si le pas maxi réglé était de +9° par exemple (après le réglage du pas maxi vu précédemment), le pas mini devra être de -9° (symétrie oblige !).

III - Stationnaire

Le stationnaire ventre sera entre le neutre et le pas maxi, à +4° avec le moteur à 50%.
Celui du vol inversé sera entre le neutre et le pas mini, à -4°, avec un moteur à 50% aussi.

IV - Autorotations

La courbe devra être revue car le pas mini aura changé. On pourra mettre le maximum possible et donc programmer un -8°/0°/+12°, en augmentant juste le pas maxi. Ainsi, l'on aura de la ressource (8°1 pour relancer rapidement les tours rotors en cas de besoin...

V - Précautions :
II faudra être particulièrement soigneux dans ces réglages. Lorsqu'on dit « manche au neutre n, ce ne sera pas à peu près ! II faudra qu'il soit bien vertical, aligné avec celui de l'autre manche vu de coté ! Dans la négative, la correspondance entre les courbes de gaz et de pas sera décalée.
Lorsque je dis manche entre le neutre et le pas maxi pour le stationnaire par exemple (25%1, c'est vraiment au quart de sa course ! II faudra repérer cette position par les graduations figurant généralement dans les puits de manches.
Comme c'est un montage symétrique il faudra, manche au neutre (encore plus que pour les autres modeste que les tringles et les palonniers de commande de la tête soient vraiment perpendiculaires ou parallèles avec l'axe rotor et que le pas soit vraiment à 0°, et non à 0,5° !
Pour le carburateur, lorsqu'il sera à mi-gaz, son palonnier et celui du servomoteur de gaz devront être parallèles entre eux, perpendiculaires à leur tringle. Je ne vous donnerai pas plus de précisions. A présent, vous devriez connaître la musique !


Réglage du carburateur et du pas collectif en fonction du manche gaz/pas en mode 3D


Manette gaz/pas à 25%, le carburateur est ouvert à moitié (50%). Le moteur tourne à mi-régime. Le pas collectif est de -4°. Le stationnaire dos...



Manette gaz/pas au "ralenti" (0%), le carburateur est ouvert à fond (100%). Le moteur tourne plein gaz. Le pas collectif est de -8°.



Manette gaz/pas plein gaz (100%), le carburateur est ouvert à fond (100°l). Le moteur tourne plein gaz. Le pas collectif est de +8°.



Manette gaz/pas à 75%, le carburateur est ouvert à moitié (50%). Le moteur tourne à mi-régime. Le pas collectif est de +4°. Le stationnaire...



Manette gaz/pas au neutre (50%), le carburateur est ouvert un peu moins que la moitié (45%). Le moteur tourne en dessous du mi-régime. Le pas collectif est de 0°.

CONSEIL D'AMI: Vous pourrez garder le mode perfection en présélection n°7, et mettre le mode 3D en présélection n°2. Ainsi, vous pourrez commencer les premiers vols avec un réglage connu, 0°, manche presque au neutre, et passer en vol aux réglages 3D pour évaluer les réactions du 0° au neutre (pendant une translation par exemple).

ATTENTION : II faudra reprogrammer avec les courbes du mode autorotation, celle du mode précédent (perfection), si vous voulez l'utiliser ! Le pas mini a changé...

PROCEDURE: II faut que le montage mécanique donne des pas extrêmes. Ensuite, on programme d'abord la courbe autorotation (-8°/0°/+12°h puis on fait celle du mode 3D (-8°/0°/+8°) et enfin celle du mode perfection (-4°/+2°/+8°).
II faudra probablement ajuster la courbe de gaz en vol, les points que je vous indique étant donnés à titre indicatif.
Les pas maxi et mini pourront être augmentés de 1 à 2° (de manière symétrique) si votre moteur est du type a pêchu » !
Pour ma part, sur mon Raptor 30, je ne vole qu'avec les mêmes courbes de pas (3D), en présélection n°1 et n°2. La différence se situe au niveau de la courbe des gaz qui est un peu plus haute sur la n°2, pour avoir plus de régime moteur, et donc de maniabilité. La présélection n°1 me sert à calmer la bête pour décoller et atterrir.
N'oubliez pas non plus de monter des pales à profil symétrique, si ce n'est pas déjà fait !


 3 - Retour sur le terrain

Le gyroscope sera obligatoirement en mode conservateur de cap. C'est le but de cette fonction !
Si vous avez conservé le mode perfection, vous pourrez commencer vos vols avec, puis une fois en l'air, vous basculerez le mode 3D. Vous vous apercevrez qu'il n'y a pas de grand changement, à la différence que, lorsqu'on baissera le pas, ça descendra un peu plus vite ! La sensibilité du manche gaz/pas sera un peu plus importante. Et le stationnaire sera obtenu avec le manche gaz/pas un peu plus loin que d'habitude. Simple accoutumance...
Ah ! Une bonne nouvelle aussi ! On pourra enfin régler son moteur au sol en mettant plein pas mini. Celui-ci sera à fond avec le pas en négatif... Pas de décollage, donc ! N'insistez pas trop quand même : les patins risqueraient de se tordre... de rire !
Autre chose, aussi ! Lorsque vous aurez atterri le bébé, il faudra mettre le manche au neutre, couper la présélection 3D, et mettre en même temps le manche au ralenti afin de pouvoir couper le moteur. Sinon, en mode normal (puisque la présélection 3D est coupée ...1, le moteur reprendra des tours (50%). Le pas étant celui de stationnaire (+4°), vous risqueriez de redécoller. Enfin ! Vous suivez ?
ASTUCE : Vous pourrez aussi basculer l'interrupteur autorotation lorsque vous aurez atterri. Cela permettra au moteur de passer au ralenti et vous laissera le temps de couper la présélection 3D et perfection (si vous l'aviez conservée), puis de couper le moteur en mettant le manche gaz/pas plein ralenti, trim ralenti, et en enlevant l'autorotation...
SECURITÉ : Les exercices c'entraînement seront exécutés à une altitude respectable (30m), avec une visualisation à 45° de la machine en vol. Ceci permettra de pouvoir se rattraper en cas de situation difficile et de panique...
Comme les entraînements précédents, on fera donc des hippodromes ou des circuits en huit afin de se présenter correctement pour attaquer les figures.
Habituez-vous à faire de longues trajectoires droites, rotor à plat, en faisant des allers et retours devant vous, en respectant les règles de sécurité. Ce sera notre axe de vol sur lequel nous essaierons les figures. Ces figures seront entamées lorsque la machine passera devant vous, face au vent.

I - Voltige classique :
Recommencez les exercices de voltige classiques précédents. Vous verrez qu'ils seront plus sécurisants. En effet, sur le dos, lorsque vous mettrez du pas négatif, l'hélicoptère remontera. Ce sera une sauvegarde appréciable !
Attention, lors des renversements, de mettre le manche au neutre et pas en négatif avant de basculer. Sinon, l'hélico s'enfoncerait à l'horizontal, poussé par le pas en négatif !

 4 - Les flips :

I - Flips arrière sur place
On va commencer par faire des pirouettes arrières, qui sont appelées flips arrières.
Je pense que c'est une des figures les plus faciles (ou moins difficiles... ! 1 à faire pour apprendre le 3D. On pourra la commencer à partir d'une figure classique que l'on connaît : la boucle.
Pour ce faire, on fera une boucle comme on en a l'habitude, mais avec moins de vitesse d'entrée. Le rotor devra être parfaitement à plat.
Lorsque l'hélico sera à la verticale après avoir cabré presqu'à fond, on passera plein pas négatif tout en maintenant le cabré. Dans un bruit de flap-flap caractéristique, notre machine basculera en arrière, presque surplace. Lorsqu'elle reviendra à plat, il faudra de suite remettre du pas positif et relâcher la profondeur pour la relancer à plat.
Le problème sera de bien visualiser si la machine sort à plat ou légèrement inclinée.
Pour ressortir sûrement, on piquera un peu du nez dès qu'il sera à plat, plein gaz, afin d'être sûr de repartir en marche avant. II y a un risque de partir en marche arrière, si la sortie s'arrête avec le fuselage incliné en arrière...
Un dosage et une synchronisation des actions sur le manche gaz/pas et la profondeur seront à mémoriser. II ne faudra pas inverser le pas, ni trop tôt, ni trop tard !
Ce sera un premier pas afin de visualiser l'hélico en mouvement sous des angles différents.

2 - prendre de d'élan :
Petit à petit, vous réaliserez cette figure avec de moins en moins de vitesse, jusqu'à la faire surplace.
Faites un stationnaire stabilisé à cette hauteur de sécurité, et juste avant de cabrer, il faudra lui donner une espèce d'élan vers le haut en mettant plein gaz/pas, histoire de ne pas chuter au départ du flic. Puis vous cabrerez à fond en inversant le gaz/pas. Dès que le nez pointera vers le sol, remettre le gaz/pas en positif. Dès qu'il sera à l'horizontale, on relâchera le cabré puis on stabilisera les attitudes. Fastoche, non? !
Petit à petit, lorsque vous aurez pris de l'assurance, vous pourrez effectuer cette manœuvre de plus en plus bas...

3 - Flips avant surplace :
Là aussi, nous ferons notre stationnaire, toujours à 30m de haut, devant nous.
Puis, comme pour le flic arrière, on lui donnera de l'élan vers le haut. Mais au lieu de cabrer, on poussera la profondeur à fond. L'inversion du gaz/pas sera effectuée lorsque la machine aura le nez pointé vers le sol. Sur le dos, gaz/pas à fond, la tendance sera de remonter : sécurisant !
On maintiendra la profondeur en butée à piquer. Lorsque le nez pointera vers le ciel, on inversera à nouveau le gaz/pas pour le mettre en positif. Puis lorsque la machine se retrouvera à plat, on lâchera la profondeur, on remettra le manche gaz/pas un peu en positif, et on contrôlera les attitudes.
Si la profondeur était relâchée trop tôt, l'hélicoptère partirait en marche arrière. II faudrait alors repousser encore un peu dans ce cas.

4 - Flips latéraux :

La base sera le tonneau. Le flip latéral consiste donc à faire un tonneau sur place.
Donc, comme pour les figures précédentes, on fera un tonneau avec de moins en moins de vitesse.
Généralement, la sortie du tonneau classique se fait presqu'arrêtée si l'on n'a pas pris assez de vitesse, et si l'incidence du fuselage se modifie au cours de la figure. Ça freine l'hélicoptère. On va donc profiter de ce phénomène pour la faire avec de moins en moins de vitesse initiale.
Stationnaire, toujours à notre altitude de sécurité, on donnera à l'hélicoptère de l'élan vers le haut, et on basculera le cyclique latéral à fond à droite par exemple. Dès que l'hélicoptère commencera à être sur la tranche, on inversera le manche gaz/pas, pour mettre plein pas négatif lorsqu'on sera sur le dos.
Lorsqu'on se retrouvera sur la tranche de l'autre coté, on remettra le pas en positif. Lorsqu'il sera à plat, on lâchera le cyclique latéral. Le problème sera de commencer la figure avec le fuselage bien à l'horizontale. Dans la négative, il faudrait rectifier la position en cabrant un peu sur le dos (en même temps I) s'il s'enfonçait sur la queue, ou en poussant dans le cas contraire.
Le risque le plus courant est de s'enfoncer sur l'arrière lorsqu'il est sur le dos. Le mieux est donc d'anticiper, en cabrant un peu, lorsque l'hélico ales patins en l'air...
Là aussi, la sortie se fera en poussant un peu au cyclique longitudinal de manière à ne pas partir en arrière.
Entraînez-vous aussi en tournant le flip à gauche...

5 - Règle générale des flips :
Le début d'un flip se fera toujours avec l'hélicoptère parfaitement à plat.
Tout flip commencé devra impérativement être terminé, même si ça dévie... II serait dangereux, pour l'intégrité physique de notre merveille, d'interrompre un flip sur la tranche, rotor vertical... Ca descend très vite i C'est comme si vous laissiez tomber l'hélico de 30 m de haut... !
Avant d'entamer un flip à partir du stationnaire, il faudra donner à l'hélicoptère de l'élan vers le haut de manière à éviter une perte d'altitude au début de la figure, lorsque le rotor ne sustentera plus notre hélicoptère (vertical).
Les actions sur le cyclique longitudinal ou latéral devront se faire manche en butée (à fond à cabrer, ou à droite par exemple). La figure passera plus vite et l'hélicoptère se retrouvera plus rapidement à plat.
L’inversion du pas sera à faire au bon moment, lorsque le rotor se trouve à la verticale. Ces inversions se feront manche en butée au début. Avec l'habitude, il faudra doser ces ordres.
En fin de figure, un contrôle des attitudes sera à faire.

 5 - Marches arrières, lignes droites et virages
Nous débuterons l'entraînement de cette façon de voler en faisant des tronçons de lignes droites en reculant à faible vitesse en quatre étapes.
Pour la première étape, on fera des départs en marche arrière, après un stationnaire de face.
Ensuite, la deuxième étape consistera à s'entraîner à arrêter l'hélico devant soi, vu de profil, et à repartir en marche arrière.
La troisième étape sera un arrêt loin devant après une translation avant, puis départ en marche arrière jusqu'à soi. Ensuite, on repartira en marche avant.
A la fin, la 4ème étape consistera à enchaîner les trois étapes précédentes, en faisant une grande ligne droite à petite vitesse aussi, d'un bout à l'autre du terrain en marche arrière. Bien sûr, il aura fallu assimiler les trois étapes précédentes auparavant...

I - Face à face, bis... !
Comme on l'a vu dans les exercices précédents, on s'entraînera à faire arriver l'hélico face à soi, à 4 ou 5 m. de hauteur. Normalement, il ne devrait pas y avoir de gros problème... Si c'était le cas, entraînez-vous ! Vous aurez moins d'appréhension pour la suite.
Lorsque vous serez prêt, au lieu de repartir en avant après le stationnaire, vous cabrerez un tout petit peu afin de faire reculer le bestiau. Ce ne sera pas très difficile : il suffira, pour rétablir une éventuelle inclinaison latérale, de mettre le manche du côté où il penche. Ce sera la façon la plus facile pour commencer à s'entraîner à cette façon de voler.
Au niveau de l'anti-couple, il y aura peu d'action à faire : le conservateur de cap fera merveille dans ce cas.
II faudra mettre un peu plus de gaz/pas pour éviter une perte d'altitude. II faudra aussi repousser un peu sur la profondeur pour ne pas descendre et pour ralentir la marche arrière.
Pour stopper, il faudra pousser sur le cyclique longitudinal et mettre des gaz. (hélicoptère remontera un peu en marche arrière en s'arrêtant. Relâchez la profondeur et remettez les gaz au neutre.
Quelques dixièmes de secondes après, il repartira de lui-même en marche avant. A ce moment là, il faudra cabrer et remettre du gaz/pas pour faire la ressource. Classique !
Et oui ! La profondeur (cyclique longitudinal, décidément !) semblera inversée en marche arrière par rapport à la marche avant... Donc, méfiance !
Voilà, en gros, le principe des marches arrières.
Les principaux soucis seront donc de se concentrer sur l'inclinaison latérale et de contrôler l'inversion relative de la profondeur suivant le sens de la marche.
PROCÉDURE D'URGENCE : De toutes façons, si cela se passe mal, on pousse sur le cyclique longitudinal en mettant plus de pas, pour le faire remonter, et on repart en avant en stabilisant la bête...

Étapes d'apprentissage de la translation arrière en ligne droite


1ère étape, on démarre de face, et on s'arrête.



2ème étape, on démarre de côté, et on s'arrête.



3ème étape, on démarre loin devant soi, et on s é river sur soi.



4ème étape, on enchaîne les 3 étapes précédentes, en faisant une grande ligne droite sans s'arrêter.

 

Principe de la translation en marche arrière départ et arrêt


Après un stationnaire face à vous, vous cabrerez un peu de manière à incliner légèrement l'hélico sur l'arrière. II faudra rajouter un peu plus de gaz/pas en positif. Vous pousserez un peu sur le cyclique longitudinal afin d'éviter de prendre trop de vitesse. Le contrôle du latéral sera classique, on met le manche du côté ou il penche.



Pour s'arrêter, il faudra pousser encore plus sur le cyclique longitudinal et rajouter encore un peu plus de gaz/pas en positif. Ainsi, il remontera la queue en avant. Plus il aura eu de vitesse, plus vous pousserez, plus il pourra monter haut !
Avant l'arrêt, il faudra relâcher le cyclique longitudinal, en arrêtant de pousser quoi !



Lorsqu'il commencera à redescendre, il faudra cabrer de manière à faire la ressource. Le manche gaz/pas est toujours en positif, presqu'à fond.

II - Départ de côté :
Faites arriver l'hélico devant vous de manière à le visualiser de profil, à 4 ou 5 m d'altitude.
Refaites la même procédure de départ et d'arrêt en marche arrière que précédemment. L'objectif sera le contrôle de l'inclinaison latérale avec une visualisation différente.
Allez-y doucement, sachant que si vous faites une inversion, l'hélico ira au tas...
Au besoin, positionnez-vous à nouveau parallèle à lui, mais (antenne de l'émetteur pointé dans la même direction que la queue de l'hélico. Ainsi, vous mettrez le manche du côté où il penche, comme l'exercice précédent.
Rapidement, il ne faudra plus changer de position pour le diriger. Allez-y par étapes, à faible vitesse, sachant que si ça se passait mal, vous pourriez remonter d'un coup en poussant le cyclique longitudinal et en mettant gaz/pas à fond, tout en contrôlant son attitude. 

III - Départ devant soi
Alors là, « serrez les fesses », il va y avoir du sport... !
Vous ferez un arrêt, mais un peu plus loin que précédemment. Puis, après le contrôle du stationnaire, vous démarrerez la marche arrière de la même manière que ce qu'on a vu plus haut.
Le gros souci sera toujours l'inclinaison latérale. Dans ce cas, lorsque l'hélico se dirige vers vous, vous le verrez de l'arrière. Donc s'il s'incline à droite, je mets le manche à gauche... Mais lorsqu'il vous aura doublé (façon de parler...), vous le verrez de face : là, vous mettrez le manche du côté où il penche...
C'est cette phase de transition qui sera déroutante au début.
Donc je vous conseille, dans un premier temps, de le faire reculer et de l'arrêter avant d'arriver sur vous. Ensuite, vous repartez en translation avant. Ainsi, vous le verrez toujours de la même façon. Vous aurez l'entraînement pour les 3 façons de reculer. L'une en s'approchant de vous, l'autre en partant de côté, la troisième en vous éloignant de vous. Question de visualisation, évidemment !
Lorsqu'elles seront parfaitement assimilées séparément, vous pourrez les enchaîner, pas avant !
J'allais oublier ! II faudra bien sur le faire dans les deux sens (vu de gauche, vu de droite...) Vous parcourrez ainsi toute la longueur du terrain en marche arrière... et en ligne droite !
Petit à petit, là aussi, on pourra exécuter ces marches arrières de plus en plus bas, et de plus en plus vite... avec des montées de plus en plus hautes... ! Délire !

Partager cet article

Repost 0
Published by puget3d
commenter cet article

commentaires